Regulation des pies et corneilles

La prédation effectuée sur le gibier par les corvidés peut réduire à néant les efforts des gestionnaires. Il faut donc en limiter l’impact par tous les moyens que nous donne la réglementation actuelle.

Sur les différentes espèces de corvidés vivant sur notre territoire, deux posent réelement des problèmes tant à la prédation opérée sur l’ensemble de la petite faune ailée chassable ou protégée peut être importante. Il s’agit de la pie bavarde et de la corneille noire.

La prédation sur les oeufs et les oisillons que peut prélever une pie ou une corneille noire chaque année tant parmi les espèces de passeraux protégés que parmi les espèces gibier (pigeon ramier, perdrix grise, faisan, colvert) est impressionnante. Il faut donc engager une lutte quotidienne et parfaitement ciblée contre ces prédateurs ailés, qui peut s’effectuer soit sous forme de tir, soit sous forme de piégage, les deux méthodes etant complémentaires La pie et la corneille sont deux espèces en pleine expansion. Pie

Lachers de gibier, abscence de couverts à gibier, disparition des gardes chasse et classification parmi les espèces protégées sont autant d’éléments ayant favorisé leur développement.Réguler les population des ces prédateurs peut très vite s’avérer payant sur les population de perdrix de faisans, de canards et même de lièvres. Si les espèces pie et corneille relèvent de la loi sur la conservation de la nature et ne sont plus chassables, le législateur à néanmoins prévu la possibilité d’en réguler les populations sous certaines conditions.

Ces deux espèces sont protégées, mais suceptibles moyennant autorisation d’être régulées, du moins en se référant aux actuels arrétés de destruction (Mars 2002). Il faut rester attentif à toute nouvelle publication officielle qui devrait intervenir sous peu. Nous vous en informerons bien sur sur ce site.

L’Amicale des chasseurs de la Région Walonne demande depuis longtemps leur réintroduction parmi les espèces chassable mais sans succès. Par contre le grand corbeau, le corbeau freux et le choucas des tours sont totalement protégés. Donc contrairement à ce que pensent encore de nombreux chasseurs, le tir des pies et des corneilles peut être autorisé moyennant quelques formalités.

Si il est vrai que de nombreux gardes et chasseurs rechignent encore à faire des démarches administrative par crainte de la complexité de celles-ci d’une part et par crainte d’un risque d’ingérence d’autre part, il est de notre devoir de les informer que les autorisations sont accordées presque automatiquement et que les formalités sont simples.

Nous ne pouvons qu’encourager tous les chasseur à faire les démarches nécessaires afin de pouvoir réguler en toute légalité les populations excédentaires de corvidés, ce qui est indispensable à la bonne gestion d’une chasse.

Qui peut faire la demande : Corbeau

A qui adresser la demande ?

L'autorisation est sollicitée auprès de l'ingénieur-Chef de Cantonnement du ressort des lieux où s'exercera la destruction et le piégage.

Voir la liste des adresses et téléphones des différents cantonnements

Que doit comprendre la demande ?

Que reprend l'autorisation ?Pie

Quels moyens pourront être utilisés?

Il est interdit l’utilisation de tout autre moyen ou de tout autre engin en ce compris l’exposition de cadavres des espèces dont le piégeage ou la destruction est autorisée.

Dispositions pratiques: